Comment chiner un meuble ancien en Inde?


Dénicher des meubles anciens en Inde n’est pas de tout repos. En effet, pour ce faire, il faudra abattre des kilomètres, savoir expliquer le style qu’on recherche et enfin savoir identifier les pièces anciennes des pièces récentes.


Vous me suivez ?

C’est lors de mon 2nd séjour en Inde, que je décide de me rendre à Jodhpur. Précédemment, j’avais fait mes premiers achats à Jaïpur : linge de maison, tapis, objets déco et quelques meubles. Mais mes fournisseurs m’avaient expliqué que si je voulais acheter des meubles anciens en plus grande quantité, je devais me rendre à Jodhpur.


Jodhpur, c’est la ville bleue, cette ville qui s’est construite au pied du fort Mehrangarh, une merveille architecturale et le old Jodhpur est à son image.


Welcome to India, jeune européenne…


J’avais réservé un hôtel basique, qui me garantissait jardin, donc terrasse pour les repas, propreté et confort de la modernité. Echec.


Basique, oui, à tel point qu’il était assez mal entretenu. Mais ça les photos ne le disent pas… Je n’entendais pas cela par le mot basique en réservant mais enfin… Les terrasses, je n’y ai jamais été. Et puis, dès le check-in, je savais que mon séjour ici serait particulier… Un 1er puis un 2nd réceptionniste et enfin le manager de la réception m’ont tour à tour demandé « délicatement » si quelqu’un m’accompagnait. Comme indiqué sur ma résa, j’étais seule, mais cela semblait ne pas correspondre aux mœurs locales. Comment une jeune femme de 28 ans pouvait-elle voyager seule ? Me sentant épiée, j’ai pris l’option room service durant tout mon séjour. Donc les terrasses, je ne les ai vues que sur Booking ! Et le « not spicy », ils ne connaissent pas. Même les pâtes napolitaines étaient pimentées… Donc vous me direz, pour manger des naans, finalement, inutile d’aller s’attabler au restaurant de l’hôtel…

Note pour plus tard : le basique n’est pas international !


Pour bien savoir ce qu’on cherche, s’imprégner de l’environnement


Le lendemain. 10h. Parking de l’hôtel. Mon chauffeur m’attend. Je souhaite d’abord prendre le poumon de la ville. Comment acheter dans un endroit que je ne connais pas ? Découvrir son cœur, c’est s’imprégner de sa culture et voir ce qu’elle a à vous offrir. Le old Jodhpur me séduit dès les premiers mètres. On pénètre dans la vieille ville comme dans une enceinte. La place principale est celle de la Clock Tower. Elle y accueille un marché sédentaire où on trouve de tout : des épices, des bracelets par centaines, (vous savez ces bracelets aux milles couleurs, milles brillants, ceux dont on a envie de se remplir les bras), des fruits, des rotis, des vêtements. Il n’y a que des locaux. La chaussée est à tout le monde : les tuktuks croisent les passants, les enfants jouent autour des charrettes traînées par des chameaux, les marchands ambulants côtoient les barbiers de rue, … une règle dans ce désordre organisé : personne ne parle. Si vous parlez, on ne vous entend pas. Il faut crier. Une ambiance incomparable. Séduisante et revigorante.


Me voila imprégnée, que dis-je séduite.



Acheter des meubles anciens oui, mais où ?


Nous nous dirigeons ensuite dans le quartier des showrooms. Le showroom est cet espace d’expo pour les très grosses sociétés qui sont dans l’artisanat en Inde. Le but est de vendre aux touristes et d’hameçonner les « acheteurs » (client professionnel pour l’achat en gros). J’en visite quelques-uns. Essaie de trouver le juste milieu entre indifférence et intérêt. J’ai bien conscience que ma féminité, mon âge et ma « solitude » ne me donnent aucune crédibilité. Au mieux, pour eux, je suis une touriste. Et s’il y a bien quelque chose d’ingérable pour un acheteur c’est d’être assimilé à un touriste. Ce ne sont clairement pas les mêmes portes qui s’ouvrent. En tout cas, celles dont vous ne voulez pas, celles qui vont vous mener nulle part, pire qui vont faire capoter votre plan de sourcing. Car une fois qu’un fournisseur (enfin ses managers) vous ont catalogué, extrêmement compliqué de revenir en arrière. Lorsque vous tentez de les convaincre que vous êtes acheteur, eux pensent que vous voulez « bargainez » (négocier mais en anglais, en Inde, ça prend un autre sens) en tentant d’obtenir des prix fournisseurs qui ne sont pas faits pour vous.


Step 1 : la découverte des showrooms, oui mais est-ce la bonne voie ?


Tout un programme. Une vraie stratégie à mettre en place. J’arpente donc les allées des showrooms, ce qui me permet de faire une étude de marché rapide de ce qu’ils proposent : du neuf et des pièces anciennes. Dans le neuf, vous avez toutes sortes de styles : copies Louis XVI, industriel, shabby chic, recyclé, indian style, … Dans l’ancien, là encore plusieurs styles, mais c’est déjà nettement plus dépaysant… on fait le tour de l’Inde dans ces showrooms.


Vous avez des meubles d’hôtel, des portes de demeures dont le style varie selon leur provenance, des meubles de boutiques, des meubles « compagnie des Indes », donc bien plus anciens, des meubles style « bateau », … un plaisir des yeux et de l’âme car on s’imagine faire le tour de l’Inde rien qu’en les regardant. Certaines pièces sont en bon état, d’autres moins. Certaines sont non identifiables pour une européenne comme moi mais je me garde bien de le dire, et oui je ne veux pas être la touriste.



Montrer son intérêt mais de façon mesurée. Même si mon cœur me donne envie de crier ma joie. Quelle plus grande excitation pour un acheteur que d’avoir des coups de cœur ? Mais je dois rester silencieuse et le visage figé, j’ai un rôle à jouer.


Une fois le tour des showrooms effectué, la bouche quasiment cousue, je rentre à l’hôtel. L’excitation est à son apogée. Je refais défiler dans ma tête les images des différents showrooms, agrafe dans mon carnet les différentes cartes de visite, les annote, réfléchis. Les coups de cœur, nombreux, me reviennent comme des flashs et ils se disputent tous la 1ère place. Je dois faire le tri et bien les réattribuer au showroom correspondant.


Alors évidemment, il n’y a pas que des merveilles dans tous les showrooms. L’offre n’est pas la même partout. Fort heureusement, car il en faut pour tous les goûts. Ca aide à faire son choix…


1ère sélection faite. Demain, j’y retourne mais je dois commencer un peu à me découvrir.


Step 2 : comment approcher les managers ?